dram filmi izleyeni film izlenetflix film izle

Thomas Portes : "Marchons le 12 juin !"SonDakika-Haberleri.Net

Sondakika-haberleri.Net Une réaction populaire et unitaire face à l’extrême droite et aux dérives liberticides de ce gouvernement, voilà l’esprit qui a guidé la construction de la journée de mobilisation nationale du 12 juin. Alors que nous avançons à grand pas vers des échéance...

Thomas Portes : "Marchons le 12 juin !"SonDakika-Haberleri.Net

Sondakika-haberleri.Net Une réaction populaire et unitaire face à l’extrême droite et aux dérives liberticides de ce gouvernement, voilà l’esprit qui a guidé la construction de la journée de mobilisation nationale du 12 juin. Alors que nous avançons à grand pas vers des échéance...

Thomas Portes : "Marchons le 12 juin !"SonDakika-Haberleri.Net
10 Haziran 2021 - 10:00

Sondakika haberleri: auto;">

 

Une réaction populaire et unitaire face à l’extrême droite et aux dérives liberticides de ce gouvernement, voilà l’esprit qui a guidé la construction de la journée de mobilisation nationale du 12 juin. Alors que nous avançons à grand pas vers des échéances électorales où les forces progressistes sont divisées, pour ne pas dire plus, le travail engagé est inédit. Il marque les esprits, et doit nous servir de boussole pour l’avenir. Plus de 94 organisations syndicales, associatives et politiques, mais aussi des personnalités politiques et des intellectuels, ont décidé ensemble d’engager une action commune pour montrer que le camp du progrès et de la justice sociale ne laissera pas les idéologues du pire dérouler le tapis rouge à l’extrême droite.

Dans une période trouble où la stigmatisation des musulmans et de ceux qui la refusent est érigée en politique d’Etat, face à un gouvernement qui s’enfonce dans un autoritarisme violent et fait de la surveillance généralise un moyen de contraindre les populations pour faire accepter des lois injustes et anti-sociales, il est urgent d’organiser la riposte. Alors même que la crise économique et sociale va jeter des millions de personnes dans la pauvreté, voilà que le gouvernement entend relancer son projet de réforme des retraites, tout en validant une énième loi antiterroriste.
Depuis 5 ans notre pays a connu 3 ans d’état d’urgence, sécuritaire et sanitaire, mettant sous cloche la démocratie tout en organisant la répression sociale. De l’interdiction de manifester à l’usage des drones pour contrôler l’espace public en passant par les violences policières et la répression syndicale, la macronie libère le dernier visage du capitalisme. Celui d’un système à bout de souffle ne pouvant se faire accepter des peuples que par une violence d’état de plus en plus exacerbée.

« La dictature peut s’installer sans bruit » disait en 1984 Georges Orwell. Nous sommes aujourd’hui dans une période pré-fasciste. Nous ne devons pas avoir peur de nommer les choses, et c’est à ce prix que nous gagnerons la bataille idéologique et politique. Des vents mauvais soufflent, et les braises du fascisme sont ardentes. La manifestation des policiers factieux devant l’Assemblée Nationale, soutenue par le Ministère de l’Intérieur au moment même où le Parlement débattait d'un texte sur la justice, est un fait d’une extrême gravité. Un moment qui marquera notre vie politique. Mesurons ce qui s’est passé ! La dernière tentative de soumettre le pouvoir législatif aux désidératas des syndicats policiers date de … 1958, et elle était soutenue par un Député poujadiste, à savoir un certain Jean-Marie Le Pen.  

Surfant sur une complaisance idéologique du gouvernement, lequel utilise la rhétorique de l’extrême droite, le Rassemblement national pousse toujours plus loin les feux de la haine. Dans ce concours Lépine du pire, nous entendons chaque semaine des propositions qui glacent le sang comme celle du vice-président des Républicains appelant à sortir de la cour européenne des droits de l’homme. Dans l’échelle des valeurs l’inhumanité semble désormais la norme. Nous ne pouvons-nous résoudre à ce que l’agenda politique soit décidé par CNEWS, Valeurs Actuelles ou par des Ministres tels que Marlène Shchiappa, Jean-Michel Blanquer, Frédérique Vidal ou encore Gerald Darmanin, qui courent toujours plus vite derrière l’extrême droite au point de la dépasser.

Aussi, nous avons donc décidé, collectivement, de réagir. Pourquoi ? Car l’heure est grave, et que le basculement vers le pire est possible. Nous avons ressenti l’envie de milliers de citoyens de se mobiliser et de relever la tête pour dire stop ! Nous avons ressenti le besoin de dire que d'autres horizons sont possibles et qu'Éric Zemmour n'est pas le maître à penser du pays. 

Alors que la question des libertés, arrachées de haute lutte par des décennies de combats sociaux et de luttes ouvrières, est le cœur battant de notre République, nous ne pouvons accepter le basculement vers un état autoritaire qui fait le lit de l’extrême droite et de ses idées nauséabondes.

La République ne saurait être autre chose qu’un régime de liberté. La République ne saurait se soumettre à la police. La République tire de la liberté sa raison d’être, d’exister.

Le 12 juin doit être une journée de grande mobilisation nationale, à Agen comme à Paris et partout en France.


Sondakika haberleri

Bu haber 88 defa okunmuştur.

YORUMLAR

  • 0 Yorum
Günün Başlıkları
İLGİNİZİ ÇEKEBİLİR x
Sondakika 'Bayrak Yürüyüşü'nde provokatif sloganlar atıldı SonDakika-Haberleri.Net
Sondakika 'Bayrak Yürüyüşü'nde provokatif sloganlar...
Son dakika haber Kaptan 16 yıl sonra takımdan ayrıldı SonDakika-Haberleri.Net
Son dakika haber Kaptan 16 yıl sonra takımdan ayrıldı...